Le graphique d'identité - Facing History and Ourselves

 

 

Les graphiques d’identité

Exposé

Le graphique d’identité est un outil visuel qui aide les élèves à prendre en compte les multiples facteurs qui font de nous ce que nous sommes, en tant qu’individu ou en tant que communauté. On s’en sert pour mieux se connaître soi-même ou approfondir sa compréhension de groupes, de nations, de personnalités historiques ou de personnages de fiction. Lorsque les élèves montrent leur graphique d’identité à leurs condisciples, cela peut aider à créer des liens et à démonter les stéréotypes. C’est donc un bon outil pour créer un sentiment d’appartenance au sein de la classe.

                                                                                                 

Procédé

1.   Préparation

Avant de dessiner les graphiques d’identité, faites un remue-méninges avec la classe pour décider des catégories à envisager en réponse à la question « Qui suis-je ? » : rôle au sein de la famille (p. ex. fille, sœur, mère etc.), hobbys et centres d’intérêt (p. ex. guitare, foot etc.), milieu dont on est issu (p. ex. religion, race, nationalité, lieu de résidence, lieu de naissance etc.), caractéristiques physiques…

C’est une bonne idée de leur montrer un modèle avant de commencer. On peut aussi débuter cette activité en leur demandant de dessiner leur propre graphique. Après l’avoir montré aux autres, ils peuvent établir une liste reprenant les catégories qu’ils ont eux-mêmes utilisées, afin de créer des graphiques d’identité pour d’autres personnes ou groupes.

2.   Créer un graphique d’identité pour un personnage historique ou de fiction, un groupe ou une nation

Demander d’abord aux élèves d’écrire le nom du personnage, de la personnalité, du groupe ou de la nation au centre de la feuille de papier. Les élèves peuvent ensuite chercher dans leur texte des éléments qui leur permettent de répondre à la question « Qui est cette personne ? » ou « Qui est ce groupe ? ».  Ils peuvent citer le texte en complément de leurs propres commentaires, fondés sur une lecture attentive du document. Ils dessinent les graphiques d’identité soit seuls soit en petits groupes. Une autre alternative consiste à faire une version unique à laquelle toute la classe contribue et qu’on affiche ensuite au mur.

 

3.   Se servir des graphiques d’identité pour suivre ce que les élèves ont appris

On peut revenir aux graphiques d’identité et les corriger/compléter au fur et à mesure de l’étude d’un sujet donné pour aider les élèves à vérifier ce qu’ils ont appris.

Variations

1)   Boîtes d’identité :

On a deux identités : ce que les autres pensent de nous (identité prescrite) et une identité propre (les caractéristiques que nous nous reconnaissons). Pour mieux comprendre ce concept, les élèves peuvent créer des boîtes d’identité pour eux-mêmes ou pour un personnage historique ou de fiction. À l’intérieur de la boîte, ils placent des mots et des images qui les décrivent, eux. À l’extérieur, ils collent des mots et images qui représentent la façon dont ils pensent que les autres les voient.

2)   Graphiques de concepts :

On peut aussi utiliser les graphiques d’identité pour aider les élèves à explorer ce que signifient des concepts comme la justice, la responsabilité ou « l’univers de responsabilités ».

3)   Quelle priorité donner aux facteurs qu’on inclut sur le graphique d’identité ?

Après que les élèves ont dessiné leur graphique d’identité, on peut leur demander de choisir les cinq éléments qui leur paraissent définir l’identité d’une personne ou d’un groupe de la manière la plus significative. Ils comparent ensuite les différentes listes, ce qui permet d’encore mieux comprendre la personne qu’ils sont en train d’étudier.

4)   Identité et contexte

L’identité d’un groupe ou d’une personne comprend de multiples facteurs, dont certains prennent une importance plus grande dans un contexte donné. Pour aider les élèves à mieux saisir cette idée, on peut leur demander de réfléchir à cinq facteurs qui ont influé sur la formation de leur identité dans un contexte donné, comme l’école, et puis dans un autre contexte comme le foyer familial ou les copains.

5)   Graphique d’identité-main

Ce type de graphique d’identité permet d’illustrer les similarités et les différences entre l’image que nous avons de nous-mêmes et celle qu’ont les autres. On demande d’abord aux élèves de dessiner leur main sur une grande feuille de papier. À l’intérieur de la main, ils doivent se définir eux-mêmes avec des termes et étiquettes descriptifs. Ils font la même chose à l’extérieur de la main pour l’image que les autres leur renvoient. Les deux coïncident parfois, mais pas toujours. Certains des termes utilisés à l’intérieur et à l’extérieur de la main peuvent donc être identiques et d’autres pas.

On peut se servir du graphique d’identité-main pour des personnages historiques ou de fiction (comme l’ours dans le livre « Mais je suis un ours », de Frank Tashlin). Les élèves peuvent noter dans leur journal les réflexions et idées que leur inspire leur graphique d’identité-main. Les questions suivantes peuvent être utilisées pour structurer leur réflexion :

 

1.   Regardez les termes utilisés à l’intérieur et à l’extérieur de la main. Lesquels sont les mêmes ? Lesquels sont différents ?

 

2.   Expliquez pourquoi certains mots sont les mêmes et certains sont différents.

Reproduced with permission. Copyright © 2018 by Facing History and Ourselves, Inc. www.facinghistory.org